Donner du sang.  Sauver des vies.

Donner du sang. Sauver des vies.

Les dons de sang sauvent des vies. Beaucoup de gens ne seraient pas en vie aujourd’hui sans les dons généreux des donneurs. C’est pourquoi, cette année, nous souhaitons encourager le plus de gens possible à donner leur sang.

En moyenne, entre 3 et 5 % de la population mondiale donne son sang. Chez E.ON, notre objectif est que 6 à 10 % de nos employés donnent leur sang au cours de notre campagne. Nous espérons que cela vous incitera à participer avec nous à la collecte de sang. Le sang que vous donnez est une bouée de sauvetage dans un contexte d’urgence et pour les gens qui suivent des traitements sur le long terme.

Le sang donné est vital pour de nombreuses procédures. Grâce aux donneurs, trois transfusions sont effectuées par seconde dans le monde. Partout dans le monde, 54 % du sang donné est utilisé pour traiter des pathologies et troubles sanguins, 33 % est utilisé en chirurgie et 5 % pour les accouchements.

Saviez-vous que chaque don de sang :

  • sauvera ou améliorera la vie de jusqu’à trois adultes
  • sauvera ou améliorera la vie de jusqu’à cinq bébés

#missing type

Dans le cadre de notre campagne et à l’occasion de la Journée mondiale du donneur de sang le 14 juin, nous attirerons l’attention sur le besoin en sang des groupes A, O et B en retirant ces lettres de nos sites internet et des signes dans certains de nos bureaux. Nos collègues ont également la possibilité de participer en donnant ou en s’engageant à donner du sang.

English only
Le besoin de sang

Le besoin de sang

Que se passerait-il si les groupes sanguins A, B et O venaient à disparaître d’un coup ?

Les différentes organisations de santé à travers le monde doivent faire en sorte d’avoir des réserves suffisantes dans tous les groupes sanguins pour pouvoir traiter toutes sortes de pathologies. Les sociétés mondiales de collecte de sang ont constaté une diminution de 28 % de nouveaux donneurs en dix ans.

En donnant son sang, chaque donneur aide à relever le défi de fournir des produits vitaux partout et chaque fois que l’on en a besoin. Les donneurs de sang aident à sauver des vies.

Certains sous-types sont plus courants dans des communautés spécifiques, d’où un besoin accru en donneurs noirs et en donneurs d’Asie ou issus de minorités ethniques. 

Connaître son groupe sanguin

Les groupes sanguins les plus importants en transfusion sont le système ABO. Les quatre groupes sanguins principaux dans le système ABO sont :

  • le groupe sanguin O
  • le groupe sanguin A
  • le groupe sanguin B
  • le groupe sanguin AB

Votre appartenance à un groupe est déterminée par les gènes hérités de vos deux parents.

Connaître son groupe sanguin
Groupes sanguins rares

Groupes sanguins rares

Un groupe sanguin rare est un groupe difficile à trouver dans la population ou ce type de sang « rare » est requis.

Le groupe O rhésus négatif est rare, mais essentiel, car c’est le seul type de sang qui peut être donné à tout le monde indépendamment du groupe sanguin.

De la même manière, certains sous-types rares tels que Ro sont plus courants dans les communautés noires. 

Composants sanguins

Les principaux composants de votre sang sont les globules rouges, le plasma et les plaquettes. Ceux-ci sont utilisés pour traiter différentes maladies et pathologies.

Leur durée de conservation est courte, c'est pourquoi les stocks doivent être constamment renouvelés.

  • les globules rouges se conservent jusqu’à 35 jours
  • les plaquettes se conservent jusqu’à 7 jours
  • le plasma se conserve jusqu’à 3 jours

 

L’utilisation du sang en 2014 selon les hôpitaux :

  • 67 % a été utilisé pour traiter des pathologies comme l’anémie, le cancer et les troubles sanguins
  • 27 % a été utilisé en chirurgie y compris la chirurgie cardiaque et d’urgence
  • 6 % a été utilisé pour compenser une perte de sang après un accouchement
German only

Journée mondiale du donneur de sang

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaît la Journée mondiale du donneur de sang le 14 juin chaque année pour encourager les dons de sang. Il s’agit de l’anniversaire de Karl Landsteiner, le scientifique à l’origine de la découverte du système de groupes sanguins ABO. Ils pensent que n’importe qui peut devenir un héros en donnant du sang et estiment que plus de 81 millions d’unités de sang sont collectées chaque année.

Qui peut donner du sang ?

Vous. À condition que vous soyez en bonne santé, âgé entre 17 et 66 ans (ou 70 si vous avez déjà donné du sang) et peser entre 50 et 160 kg.

Les donneurs potentiels sont évalués afin de déterminer si leur sang présente un risque ou non. Ceci comprend des test de dépistage de maladies pouvant être transmises par transfusion de sang, y compris le VIH et l’hépatite virale. Les donneurs doivent répondre à des questions concernant leurs antécédents médicaux et être soumis à un cours examen physique afin de s’assurer que le don de sang ne nuit pas à leur santé.

Qui peut donner du sang ?

FAQs

En général, en Europe, toute personne entre 18 et 65 ans peut faire un don de sang total. En Allemagne, la limite d’âge est fixée à 68 ans. Les donneurs plus âgés ou premiers donneurs de plus de 60 ans peuvent être autorisés à donner sur décision médicale individuelle. En fonction du pays, entre 0,4 et 6,4 % de la population adulte donne régulièrement son sang. Pour des raisons de sécurité,

les toxicomanes par voie intraveineuse ainsi que les porteurs d’infections transmissibles (VIH, hépatite C, etc.) sont durablement exclus du don de sang. Les personnes souhaitant donner leur sang après une grosse opération sont temporairement exclues du don de sang pour par exemple 4 mois.

En règle générale, les hommes peuvent donner jusqu’à 6 fois par an et les femmes jusqu’à 4 fois par an. Les dons de plasma et de plaquettes peuvent être effectués plus fréquemment. Un don de sang peut être réalisé dans un établissement de transfusion sanguine ou lors de collectes mobiles régulièrement proposées par les établissements de transfusion sanguine, et ce même dans des petites communes.

(Source : Centre fédéral pour l’information à la santé)

Pour la simple et bonne raison qu’il n’existe pas de sang artificiel.

On ne peut pas remplacer le sang, car il s’agit de quelque chose de vivant : c’est un organe composé de nombreuses cellules et particules. Chacune d’entre elles a une fonction indispensable, comme par exemple le transport d’oxygène et de nutriments, la défense contre les agents pathogènes, l’hémostase et le transport de chaleur dans le corps. Seul le corps est capable de produire le sang avec ses nombreuses propriétés. C’est pourquoi il est crucial d’avoir des gens qui donnent leur sang pour les patients.

Un don de sang apporte de l’espoir et est une expression de solidarité. En tant que donneur ou donneuse active, vous pouvez vous réjouir d’avoir aidé une ou même plusieurs personnes. C'est-ce que nous appelons avoir le sens des responsabilités sociales ! Car cela peut arriver à tout le monde d’avoir un jour besoin de produits sanguins préparés grâce aux dons de sang.

Statistiquement parlant, la plupart du sang est aujourd’hui utilisé pour traiter les patients atteints de cancer. Ensuite viennent les maladies du cœur, de l’estomac et des intestins. En quatrième place, les blessures dues à des accidents de sport ou de la route.

Aussi étonnant que cela puisse paraître : les besoins élevés en préparations sanguines sont principalement liés aux progrès de la médecine. Beaucoup d’opérations, de transplantations et de traitements utilisés pour les patients atteints de tumeurs malignes sont uniquement devenus possibles grâce à une médecine des plus modernes ainsi qu’à des préparations sanguines sûres.

Parce que 15 000 dons de sang ne suffisent que pour une seule journée. 

Malgré les réserves, il peut y avoir des pénuries, en particulier pendant les vacances d’été. Pour éviter cela, tout citoyen en bonne santé de plus de 18 ans devrait régulièrement donner son sang.

Non, pas d’inquiétude. L’inverse est plus probable. 

La quantité de sang donnée est si réduite comparée à la quantité totale de sang dans le corps que l’organisme parvient rapidement à compenser cette perte. Votre bien-être et vos performances ne seront pas altérés par un don de sang. Certains donneurs disent même que c’est le contraire.

Donner du sang n’aide pas seulement les personnes qui le reçoivent, mais c’est aussi bénéfique pour les donneurs. L’Université de Kuopio en Finlande a mené une étude sur neuf ans avec 2 862 participants entre 42 et 60 ans, dont 153 donneurs de sang. On a constaté que les personnes qui donnaient régulièrement leur sang étaient exposées à un risque plus faible d’infarctus et d’AVC.

Résultat : seul un donneur de sang a subi un infarctus (0,7 %), alors que le taux d’infarctus chez les non-donneurs se situent à 12,5 %. Les scientifiques de l’hôpital universitaire de neurologie d’Innsbruck ont eux aussi trouvé des résultats similaires concernant le risque d’infarctus. Selon ces résultats, les hommes en particulier peuvent réduire ce risque en donnant régulièrement.

Tout d’abord : le sentiment agréable d’avoir aidé quelqu’un. 

Votre sang est soumis à des examens importants en laboratoire :

  • Tests de dépistage d’hépatites virales (hépatite B et C)
  • Tests de dépistage d’infection par le VIH (origine de la maladie du SIDA)
  • Tests de détection d’anticorps dirigés contre les agents pathogènes de la syphilis (MST)
  • Tests de dépistage de l’hépatite A et du parvovirus B19
  • Détermination du groupe sanguin et test de détection d’anticorps dirigés contre des cellules sanguines étrangères pouvant causer des accidents indésirables.

Si notre laboratoire constate des résultats anormaux (atypiques), nous vous en informerons. En plus de la carte de donneur, vous obtenez donc également un examen de santé. Ainsi, bien sûr, que le sentiment d’avoir aidé des personnes dans le besoin.

Parce que ce n'est qu’à travers des questions détaillées que le médecin peut déterminer s’il y a un risque pour le donneur ou le receveur. 

Par exemple, il est possible qu’une infection de la malaria contractée lors d’un voyage dans une région tropicale ne se manifeste pas avant quelques mois, néanmoins, le sang infecté peut tout de même transmettre la maladie au receveur. Un questionnement intensif incluant des éléments spécifiques est donc nécessaire pour assurer la sécurité du donneur et du receveur. Cependant, il est encore plus important que le donneur de sang réponde de manière réfléchie et sincère.

Dans les heures qui suivent, veillez à vous hydrater suffisamment. Évitez l’alcool et la nicotine.

Source : Croix-Rouge allemande